Il est possible que le site mette un peu de temps √† charger… mais √ßa en vaut la peine !

Lille ne vibre plus. Lille bourdonne.

Cela faisait longtemps que je n’√©tais pas revenu √† Lille, √† son universit√©. Et ce qui m’a marqu√©, c’est le calme. Je vis en p√©riph√©rie de la MEL. Dans la “grande couronne”. Quand j’allais √† Lille, c’√©tait bruyant, joyeux, anim√©. Aujourd’hui, le temps est long. Tr√®s long. Et le silence, assourdissant.

Mais avec du recul, c’est plus un bourdonnement. Celui de la fatigue, de la lassitude ; celui de la machine qui continue de tourner. Les gens n’ont qu’en t√™te le travail et le quotidien – l’impr√©vu et le loisir sont sorties des esprits. Ils se sont effac√©s parce qu’ils ont disparus de l’espace public. L√®ve-toi et taff en attendant le prochain confinement. Fran√ßois – du Collectif Gerda – qui habite au cŇďur de la m√©tropole m’a dit : “J’ai go√Ľt√© au sursaut de cet √©t√©, et je suis d’accord avec toi, Lille a perdu de son √©clat”.

Bref. Lille nous manque.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les images présentées sur ce site appartiennent à leurs auteurs. Pour toute réutilisation, contactez-nous à contact@collectif-gerda.fr