Il est possible que le site mette un peu de temps à charger… mais ça en vaut la peine !

En des lieux qui inspirent la morosité

Le 9 janvier dernier, un étudiant tente de mettre un terme à ses jours par la défenestration à Lyon. Enfermé chez soi, la porte verrouillée, la fenêtre devient un échappatoire à une atmosphère de malsanité causée par le sentiment d’abandon, de monotonie et de dépression et consécutivement, un échappatoire au cœur battant, à la vie.

De nombreux lieux ont toujours inspiré la morosité, le chez-soi en devient désormais un, pour les moins chanceux. Si les fenêtres éclairées des appartements stimulent ma curiosité, surtout en ces temps covidés, c’est qu’ils inspirent la vie alors qu’elle est absente dans la rue.

Or, dans certains appartements désertés de leurs locataires, il y règne désormais l’obscurité. Faute de représenter des lieux festifs, son petit chez-soi qu’on retrouve au sortir de l’université, les studios sont devenus des lieux mortifères, au sens propre du terme.

« C’est dur d’avoir vingt ans en 2020 Â» : rédigé depuis l’Elysée, à l’égard des accoutumés aux dix mètres carrés.

Une réaction à “En des lieux qui inspirent la morosité

  1. Je suis mère de trois étudiant(e) et la situation sanitaire actuelle m’inquiète, en fait, surtout pour nos jeunes qui ne peuvent pas vivrent leur jeunesse comme il se doit. Les jeunes sont très critiqués, particulièrement en ce moment. Ils sont jugés, en partie tout au moins, responsables de la propagation de la Covid19. Mais. Que ces biens pensants
    se rememorent leur jeunesse vécue dans l’insouciance!!!
    Il est, à mon sens, indispensable que nos étudiants puissent reprendre les cours en présentiel et le cours de leur vie au plus vite. Il en va de leur sauvegarde et par la même de celle de notre pays.
    Ne dit-on pas que la jeunesse est l’avenir de demain ?!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les images présentées sur ce site appartiennent à leurs auteurs. Pour toute réutilisation, contactez-nous à contact@collectif-gerda.fr