Il est possible que le site mette un peu de temps Ă  charger… mais ça en vaut la peine !

Reportage – Je suis allĂ©e cuisiner aux Petites Cantines Ă  Croix

Les Petites Cantines, c’est un « rĂ©seau de cantines de quartier Â», comme le prĂ©cise leur site internet. CrĂ©Ă©e en 2016 en plein cĹ“ur de Lyon, l’association se fait une mission de lutter contre l’isolement en rapprochant les gens au sein des villes. Un engagement utile alors que, selon un rapport de la Fondation de France rĂ©alisĂ© en 2016, plus d’un français sur 10 est en situation objective d’isolement. Ouvert en octobre 2018, le restaurant se situe Ă  Croix dans la banlieue lilloise. Il fait suite Ă  trois restaurants ouverts Ă  Lyon et est suivi par un restaurant Ă  Strasbourg. D’autres restaurants sont en projet Ă  Annecy, Metz ou encore Paris.

L’extĂ©rieur du restaurant.
Un grand mur Ă  l’intĂ©rieur du restaurant. On y voit le programme des Ă©vĂ©nements Ă  venir et des informations sur le restaurant et le prix du repas.

Il faut réserver sur leur site internet pour pouvoir venir cuisiner. Le rendez-vous est fixé à 9h30. Je suis accueillie par deux des personnes avec qui je passerai la matinée en cuisine. Ici, l’ambiance est bon enfant : une fois tous les cuisiniers en herbe arrivés, nous buvons un café tout en faisant un tour de table de présentation et en décidant du menu du jour. On m’explique comment fonctionne l’approvisionnement en ingrédients : la cantine travaille avec un jardin de permaculture situé à 3km et reçoit des dons de fruits et légumes d’un fournisseur, complétés par des achats au marché. On y favorise le bio et les produits de saison. Elle reçoit également des dons de commerçants aux alentours. Le pain est celui de la veille, offert par la boulangerie d’en face. Très peu de viande, pour des raisons économiques tout d’abord mais aussi écologiques. Le restaurant ayant reçu un don de kiwi et de bananes le jour de mon passage, le choix du dessert se porte sur un smoothie de kiwi accompagné d’un banana bread. On fait en fonction de ce qu’on a à disposition, m’explique une habituée des lieux.

La rédaction du menu en groupe.
Tous les prénoms sont écrits sur le tableau noir afin de répartir les tâches en cuisine.
L’Ă©quipe en cuisine. Les tâches sont rĂ©parties afin d’aller plus rapidement.
L’hygiène n’est pas laissĂ©e de cĂ´tĂ©, comme dans n’importe quel restaurant : tablier, foulard pour protĂ©ger les cheveux et lavages de mains rĂ©guliers sont de mise.
Un passage aux Petites Cantines permet Ă©galement de manipuler et de consommer des lĂ©gumes un peu “originaux” auxquels on pourrait avoir peu accès en temps normal : ici du cĂ©leri et du potiron.
Les Petites Cantines sont un lieu de partage intergénérationnel : Eulalie, 8 ans, apprend à faire de la citronnade.

Tout est fait en groupe, chacun met la main Ă  la pâte : de la cuisine au dressage de la table, la vaisselle, mais aussi la rĂ©daction du menu sur une ardoise qui sera affichĂ©e dehors. S’il est possible de rĂ©server sa place pour le repas sur le site internet, une partie non-nĂ©gligeable des convives sont des passants, des commerçants de la rue ou des exposants au marchĂ© de la Place des Martyrs, situĂ© Ă  100 mètres de l’établissement. Le repas et l’adhĂ©sion Ă  l’association sont Ă  prix libre. En effet, les valeurs des Petites Cantines sont avant tout solidaires : chacun donne en fonction de ce qu’il peut et ceux qui donnent plus permettent d’accueillir ceux qui donnent moins. Le prix d’équilibre est fixĂ© Ă  13€ par repas, pour couvrir l’achat des ingrĂ©dients, la location du lieu, ses charges et le salaire de Marion, la seule salariĂ©e de l’association.

La vaisselle se fait en groupe.
Le restaurant est dans une démarche de récupération : ici, un ancien pot de pâte à tartiner est nettoyé pour être utilisé comme bocal. Les pelures de fruits et légumes sont utilisées pour faire du compost, qui est offert aux convives qui le souhaitent.
Une partie de la vaisselle provient Ă©galement de dons de particuliers au restaurant.
La rédaction du menu destiné aux passants.
Dernières préparations du dessert avant de le servir aux convives.

Plus qu’un restaurant, les Petites Cantines c’est une expérience à part entière. À l’arrivée d’une des cuisinières en herbe le matin, on lui explique que l’objectif des Petites Cantines est de créer une communauté et de rapprocher les gens. Dans un esprit solidaire, d’entraide et de fraternité, des gens qui ne se connaissent pas se retrouvent chaque matin pour cuisiner et créer le repas de A à Z. Tout ceci dans une ambiance très amicale où rires et conversations fusent entre les bruits de couteaux et les bips du four et des plaques de cuisson.

Pendant le repas.

Les Petites Cantines sont des lieux nécessaires. Elles permettent de créer du lien entre les habitants des villes, qui peuvent facilement souffrir du manque d’interactions et de relations. Elles partagent l’art d’une cuisine avec des produits bios, frais, de qualité et à moindre coût, tout en proposant des repas abordables où chacun peut contribuer en fonction de ses moyens. Tout ceci est d’autant plus appréciable dans un monde où la précarité et l’isolement se répandent de plus en plus. On reviendra avec plaisir.

Le site internet des Petites Cantines de Croix

2 rĂ©actions Ă  “Reportage – Je suis allĂ©e cuisiner aux Petites Cantines Ă  Croix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les images présentées sur ce site appartiennent à leurs auteurs. Pour toute réutilisation, contactez-nous à contact@collectif-gerda.fr