Il est possible que le site mette un peu de temps √† charger… mais √ßa en vaut la peine !

Derniers regards

Il est dix-neuf heures trente quand le ferry quitte le port d’Ajaccio. Charg√© de milliers de touristes venus visiter la Corse, le “mega express two” prend le large pour Toulon, o√Ļ il arrivera au petit matin. Accueillis sur l’air d’ouverture de “La Pie Voleuse” de Gioachino Rossini avec des employ√©s en costume cravate et une d√©coration digne de la demeure de Gatsby le magnifique, tout laisse √† penser que vous embarquez √† bord de ce fameux bateau qui n’arriva jamais √† New York. On se demande bien o√Ļ est l’entourloupe quand on paie son billet pi√©ton 35 euros.

“Le bateau est quasiment plein” nous dit-on √† l’embarquement. Avec mon p√®re, nous sommes habitu√©s de la travers√©e. On a pris ce bateau pendant des ann√©es pour rendre visite √† ma grand-m√®re. On s’installe toujours au m√™me endroit : la cafetaria du pont huit. Heureusement pour nous, il restait une banquette libre.

Quelques minutes apr√®s notre installation, les rugissements du moteur commencent √† se faire entendre et la d√©coration du bateau, qui s’av√®re √™tre en r√©alit√© du plastique, se met soudainement √† faire trembler tout le navire. On comprend mieux pour les 35 euros.

D’un coup, tout les passagers quittent leurs si√®ges pour se rendre sur les ponts du bateau, histoire de voir une derni√®re fois l’√ģle de beaut√©. Je d√©cide alors de prendre mon appareil photo pour aller poser mon regard de jeune photographe sur ce navire et ces moments que je connais par coeur. Cela faisait quelques ann√©es que je n’avais plus pris ce ferry. Malgr√© tout, il y a des choses qui restent comme ce retrait√© en sandales remplis de coups de soleil, les traces de sel sur les vitres qui emp√™chent de prendre des photos ou encore ce jeune qui r√Ęle parce qu’il n’a pas regard√© le prix de la bi√®re avant d’en commander une.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les images présentées sur ce site appartiennent à leurs auteurs. Pour toute réutilisation, contactez-nous à contact@collectif-gerda.fr